PORTRAIT. Jean-Baptiste Monnot, organiste à Rouen, a inventé l’orgue de voyage

Jean-Baptiste Monnot, titulaire des orgues de Saint-Ouen, à Rouen, est le créateur d’un orgue de voyage, un instrument unique en France, lui permettant de se produire partout.

Jean-Baptiste Monnot, titulaire des orgues de Saint-Ouen de Rouen, est le créateur d’un orgue de voyage lui permettant de jouer partout. )

Il aurait pu choisir entre organiste, accordeur, ingénieur ou artisan. Il n’a pas choisi : il est devenu tout à la fois. Jean-Baptiste Monnot est un cas d’espèce. Brillant musicien, titulaire de médailles et de nombreux prix, il fait une carrière de soliste en France et à l’étranger tout en étant titulaire, depuis 2015, du Grand orgue Cavaillé-Coll de l’abbatiale Saint-Ouen de Rouen (Seine-Maritime). Et quand il n’est pas en déplacement, il fait œuvre de pédagogie auprès des jeunes grâce à « l’orgue de voyage » qu’il a conçu et bâti de ses mains.

Un impressionnant parcours

Jean-Baptiste Monnot est né à Eu (Seine-Maritime) en 1984. Très jeune, il se passionne pour la musique. Il étudie le piano avec Hervé Gringoire et l’orgue avec Nicolas Pien à l’École nationale de musique de Dieppe (Seine-Maritime). Direction ensuite le Conservatoire de région de Rouen où il progresse avec Louis Thiry et François Menissier. À 19 ans, il entre au Conservatoire national supérieur de musique de Paris. Il empoche de nouvelles récompenses, part se perfectionner à Stuttgart et Zurich et devient l’assistant pendant 10 ans de Jean Guillou, titulaire de l’orgue de Saint-Eustache de Paris, une référence !

Dès lors, il entame une carrière de concertiste en soliste ou avec ensemble, voyage aux États-Unis, en Russie, en Autriche, en Ukraine, enregistre, notamment à la collégiale d’Eu en 2008. De 2012 à 2016, il enseigne l’orgue au Conservatoire à rayonnement départemental de Mantes-la-Jolie (Yvelines). Depuis 2009, il est également le concepteur et l’utilisateur principal de l’«orgue de voyage ». C’est lui qui l’a baptisé ainsi et en a déposé le brevet.

Jouer dans des lieux divers et inattendus

Jean-Baptiste Monnot présente : « Cet instrument à tuyaux est le fruit d’un long travail de recherche qui m’a passionné pendant de nombreuses années. Transportable et modulable, il permet de rendre l’orgue et son répertoire ouvertement accessibles dans des lieux divers et inattendus. Se trouvent ainsi actualisés les liens entre l’instrument, l’interprète et son public, suscitant des moments artistiques renouvelés. »

Un réel challenge que de réaliser un vrai instrument à la grande personnalité, chantant à souhait. Le premier instrument construit, s’appuyant sur les fondamentaux traditionnels, ne fut pas satisfaisant car trop volumineux. « Si l’orgue de voyage actuel, amélioré, donne de meilleurs résultats, il reste encore perfectible », affirme son concepteur.

Transportable dans un camion de 20 m³

L’organiste détaille ensuite : « Il est unique en France. Sur roulettes, il est fractionné en 18 éléments dont six petits ventilateurs. Il réunit 700 tuyaux. Tous sont des tuyaux d’occasion, achetés à petit prix. C’est un choix car les tuyaux anciens ont une patine et des caractéristiques particulières. Ils ont beaucoup de couleurs sonores et permettent de jouer tout Bach, les romantiques et les pièces de détail. On le transporte dans un camion de 20 m³. À deux, on le remonte en une heure sur une quarantaine de m2. La console qui supporte le clavier est en aluminium : elle est légère et stable. Elle a été construite par un ami, Philippe Celor, ingénieur chez Airbus aux Mureaux. Je lui dois beaucoup ! Clavier et pédalier sont en chêne, fabriqués en Allemagne. »

Un intérêt pédagogique

Jean-Baptiste Monnot insiste sur la dimension pédagogique de cet instrument itinérant qui aiguise la curiosité du public et principalement de centaines de scolaires émerveillés qui l’ont découvert au cours de séances de présentation d’une heure ( 300 enfants en 2017 en Seine-Maritime). Il y a tant de demandes en France que l’organiste a confié le calendrier des sorties et la logistique à l’Académie Bach d’Arques-la-Bataille (Seine-Maritime) présidée par Jean-Paul Combet. Une dizaine de sorties sont déjà annoncées pour 2018. Pour l’heure, l’instrument est stocké dans la chapelle située derrière le maître-autel de l’abbatiale Saint-Ouen de Rouen.

Prochaine sortie : mercredi 21 mars 2018, à la Chapelle Corneille pour un concert de la Maison illuminée, ensemble créé par Oswald Sallaberger. Ensuite, l’orgue partira début avril pour Beauvais et fin mai pour Versailles.

 

76actu

 

© Daniel Caillet, 2018