Il aura fallu toute la détermination d’un groupe d’internautes rouennais défenseurs du patrimoine pour que les touristes locaux et étrangers à la ville puissent enfin admirer librement les splendides bas-reliefs du « camp du drap d’or » et des « triomphes de Pétrarque » sur la façade de la galerie d’Aumale de l’hôtel de Bourgtheroulde.

Une annonce (deux versions successives) à l’entrée de l’établissement précisait des conditions d’accès restrictives anormales sur un site remarquable classé « Monument historique ». Espérons que cette mauvaise initiative soit abandonnée à tout jamais et ne reste qu’un mauvais souvenir même si l’ouverture au public n’est malheureusement nullement obligatoire.

A noter que cet exemple n’est pas une exception à Rouen. On peut citer notamment la tourelle de l’ancienne abbaye de Saint-Amand et une échoppe médiévale, toutes deux hébergées dans des propriétés privées inaccessibles.

 

 

© Daniel Caillet, 2016