Remarquable par la diversité et la richesse de son tissu urbain allant du 14e siècle jusqu’à l’époque contemporaine, Rouen est l’une des villes françaises les plus hétérogènes au point de vue architectural pour les époques, les matériaux, les formes et les couleurs et elle incarne toujours le modèle de ville romantique, si chère à Victor Hugo. Ce patchwork aurait pu disparaître lors du dernier conflit mondial avec la disparition des quartiers entre Seine et Cathédrale, si appréciés des touristes avant-guerre. Un quart de la ville ancienne partit alors en fumée. Dans l’ensemble, la reconstruction respecte pourtant les particularités de la vieille cité sans recourir au pastiche et en proposant une certaine irrégularité des tracés et des formes.

 

Encorbellements et greniers-étentes

Aujourd’hui la ville conserve près de 2000 maisons à pans de bois dont la moitié a été restaurée faisant de Rouen le plus riche témoignage de ce type d’architecture en Normandie. Les plus anciennes, une centaine, sont antérieures au 16e siècle, voire même du 14e siècle. Reconnaissables à leur encorbellement interdit depuis 1520 à cause de la propagation des incendies, quelques beaux exemples subsistent rue du Gros-Horloge ou rue St Romain mais l’on construit encore des maisons à pans de bois au 18e siècle, et même après. C’est le cas des maisons de tanneurs aux greniers-étentes ouverts sur la rue. Situées pour la plupart rues Eau de Robec, Damiette et Cauchoise, elles font partie du secteur sauvegardé, l’un des premiers créés en 1964 par la loi Malraux. Etendu sur 42 hectares, il exclut les zones reconstruites et les quartiers St Vivien et Beauvoisine, moins restaurés et fréquentés, avec cependant de nombreuses demeures anciennes. En fait, les anciennes fortifications, démolies peu à peu à partir du 19e siècle siècle, englobaient une superficie quatre fois supérieure à l’actuel secteur. Comme dans de nombreuses villes, il est possible de retrouver les limites du Vieux Rouen historique, correspondant au tracé des boulevards remplaçant les remparts. On y trouve la majorité des 227 maisons et monuments inscrits ou classés par les monuments historiques, plaçant Rouen parmi les toutes premières villes en termes de richesse patrimoniale.