L’expression toute faite, banale, circule beaucoup et fait penser au Moyen Age. En effet, on raconte que les jeunes gens nobles, de bonne naissance, pouvaient devenir chevaliers après un apprentissage des armes et de la morale.

C’était une cérémonie importante que d’être fait chevalier, d’être adoubé chevalier, comme on disait. Et il fallait s’y préparer. La veille, le jeune homme devait passer toute la nuit en prières, avant le grand jour. On appelait cela « la veillée d’armes », puisque la veillée, ou la veille, est une nuit ou une soirée passée sans s’endormir.

Aujourd’hui, on parle de « veillée d’armes » pour la veille d’un jour important, auquel on peut se préparer. On peut aussi faire le point sur soi, ce qu’on est, ce qu’on veut. L’expression a souvent été employée pour la veille d’une bataille, que ce soit un combat au sens propre, ou une bataille figurée.