Mais à quoi s’occupaient donc les enfants avant l’apparition de l’électricité en 1879 ?

Quatre possibilités si l’on en croit le décor du monument-fontaine d’abord érigé sur l’ancienne place Saint Sever et inauguré le 2 juin 1875 devant 100 000 spectateurs curieux. Lecture, écriture, calcul et prière étaient privilégiés à l’Institut des Ecoles Chrétiennes de Saint Jean Baptiste de la Salle comme en témoignent les sculptures disposées tout autour. La fontaine haute de plus de 12 m se compose d’une vasque d’une quinzaine de m de diamètre surmontée d’une statue en bronze représentant le fondateur de l’ordre, haute de 3,80 m et pesant plus de 3 tonnes. Le 4 novembre 1872, un décret signé par Aldophe Thiers avait autorisé  » l’érection à Rouen, par voie de souscription publique, d’un monument à la mémoire de l’abbé de la Salle ». Elle connut un vif succès et le concours qui s’ensuivit sera remporté par le tandem Edouard Deperthes, architecte, et Alexandre Falguière, statuaire, qui récidiveront quelques années plus tard avec la fontaine Sainte Marie.

 

Transfert contesté

Le groupe monumental sera déplacé pour être remonté place Saint-Clément en 1888 malgré une vive contestation populaire. En 1941, une campagne est entreprise pour sauver la statue que les allemands veulent envoyer à la fonte, comme celle d’Armand Carrel et bien d’autres. Georges Lanfry lance alors son appel « Justice et grâce » et le poids équivalent en cuivre est proposé pour sauver l’œuvre. Pourtant, une question mérite d’être posée. Si de nos jours, la place Saint Clément a conservé sa statue, a-t-elle encore une fontaine ? Depuis une vingtaine d’années, des ennuis techniques ne permettent plus d’avoir la vision rafraîchissante attendue d’un tel monument. Mais a-t-on vraiment en haut lieu, la volonté de faire mentir le dessinateur graveur rouennais Jules Adeline qui, dubitatif, écrivait : « le monument domine ; la fontaine est l’accessoire … ». Fontaine, je ne boirai pas de ton eau, serait-on tenté de conclure. Dommage pour cet ouvrage inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1991.