Pourquoi ne prononce-t-on pas le « c » de « Marc » quand on parle de la place Saint-Marc de Venise (ou encore de la lessive Saint-Marc) ?

[…] Ce fait s’explique par l’amuïssement des consonnes qui suivaient l’r apical. Ce phonème assez instable cède la place à partir de l’époque classique à l’r grasseyé actuel. Les r finals n’étaient plus prononcés, dès le XIIIe s, mais ils ont exercé aussi leur influence sur les autres consonnes même en pénultième place. C’est ainsi que le singulier d’ours était ou. On constate encore ce fait dans la prononciation de la place Saint-Marc (sans le c), du nom Cinq-Mars, de celui de Mlle Mars (sans s). C’est aussi pour cette raison que le mot populaire gars – écrit gâs par Gaston Couté – se lie par sa finale s et non avec le r toujours muet : les gars et les filles. Le terme est populaire et il n’a pas subi le rétablissement ou la paragoge de l’r.

Source Internet