Petit patrimoine veut-il dire insignifiant, négligeable ? Ou trop petit, ce qui fait qu’on ne le voit pas ? Si nous devions comparer l’étude du petit patrimoine à la biologie, nous nous apercevrions que la connaissance du même infiniment petit ou du presque invisible débouche sur des connaissances passionnantes, des redécouvertes étonnantes, et une nouvelle façon de regarder autour de soi ce qui nous entoure.

En ce qui concerne « P’tit Pat’ Rouennais », cette jeune et enthousiaste association nous invite à observer notre ville de Rouen avec, à nouveau, le regard neuf d’un enfant qui découvre ce qui l’entoure, loin de tous préjugés, de toutes exclusions. Le patrimoine d’une ville est composé, en effet, de grandes réalisations architecturales, coûteuses à entretenir, mais aussi d’une multitude de choses d’apparence plus modestes : cadrans solaires, portails, enseignes commerciales anciennes, statues, inscriptions commémoratives, fontaines, médaillons sculptés, épis de faîtage, grilles en fer forgé, etc… Mais toutes ces réalisations, petites ou grandes, témoignent de l’amour du bel ouvrage réalisé, dans les précédentes générations, par des personnes qui avaient une grande intelligence manuelle et souvent une fibre artistique, exprimées par la précision du regard et la dextérité des mains. Leur expérience était acquise par une grande écoute des anciens qui leur léguaient leur savoir, le respect et la fierté du travail bien fait.

Il est difficile de faire disparaître une cathédrale sans que l’on s’en aperçoive. Ce n’est, hélas, pas le cas du petit patrimoine, dont l’absence soudaine n’est pas toujours remarquée. Le connaître est une des mesures de le sauvegarder, mais surtout, de proposer des mesures de protection ou de restauration qui soient toujours supportables pour les finances publiques ou privées. C’est à cela que tend notre association.

L’association « P’tit Pat’ Rouennais » a aussi un autre patrimoine. Ce sont ses membres. Tous ont une grande passion pour le patrimoine, pour Rouen. Apportant leurs savoirs particuliers, souvent un bon carnet d’adresses, ils s’enrichissent mutuellement de leurs connaissances. Plusieurs membres s’intéressent aux cimetières, l’un à l’architecture de brique, une autre aux chapelles. Un entreprend un travail de bénédictin en relevant toutes les inscriptions commémoratives intérieures ou extérieures, un autre photographie toutes les publicités anciennes. L’église Saint-Pierre-du-Châtel souffre d’être oubliée, on ne connaît pas l’histoire des pans de bois ou on a négligé de relever les dates de constructions des immeubles, un buste d’un savant a disparu, un escalier ancien ressurgit à l’occasion de travaux de rénovation, on ne sait plus combien il reste d’anneaux d’attelage sur les murs, souvenirs de la circulation hippomobile à Rouen, il y a toujours un membre de l’association à l’affût, prêt à venir voir sur le terrain. Ainsi, une vie active se met doucement, mais sûrement en place, des amoureux de Rouen nous rejoignent. Il ne manque plus que vous qui nous lisez. On a certainement quelque chose de passionnant à faire ensemble.

Dominique SAMSON