Après un siècle d’errance, les membres de la confrérie des Pénitents recevaient en 1612 l’autorisation de construire un cloître rouennais, un bâtiment qui sera achevé en 1625. Désireux de sauver cet élément de patrimoine architectural et culturel, la région de Haute-Normandie a décidé en 1989 de restaurer le cloître, inscrit partiellement à l’inventaire des Monuments Historiques. Le 15 novembre 2003, la fontaine des Pénitents est inaugurée après restauration par les sociétés Lanfry et Dupuis, des travaux qui s’avéraient indispensables après la dernière intervention de remise en état de 1979.

Le bâtiment fait partie du réseau des fontaines décrites par Jacques Le Lieur au XVI e siècle. Il s’agit en fait d’une chambre de partage des eaux et non d’une fontaine comme l’indique la plaque commémorative du XVIII e siècle. Sa juste appellation est donc «  chambre de répartition des Pénitents », un ouvrage qui fait partie de l’aqueduc de Carville alimentant l’archevêché. La source est toujours utilisée et elle dispense 8000 m3 d’eau chaque jour.

 

 

© Daniel Caillet, 2014