Qu’en pensent les responsables rouennais ?

 

Association Cadomus : faire entrer le Caen d’avant-guerre dans le 21e siècle / Un outil au service de la ville

10 février 2014, le conseil municipal vote une subvention de 15 000 € en faveur de l’association. / Le mardi 11 décembre 2013, l’association a reçu le soutien de la Fondation Mécènes Caen Normandie.

La ville de Caen est sortie traumatisée de la seconde guerre mondiale. Elle garde l’image d’une ville entièrement détruite.
Pourtant, elle conserve un patrimoine exceptionnel et certaines traces du passé sont toujours visibles dans les quartiers reconstruits.
Ce projet de modélisation virtuelle de la ville telle qu’elle était avant les destructions de 1944 permettra de réconcilier les caennais avec leur ville, avec leur histoire.

Il n’y a pas deux villes identiques. La ville idéale n’existe pas, contrairement à ce qu’ont pu penser, de tout temps, les architectes utopistes. Une ville trop dessinée, trop ordonnée, trop équilibrée n’appartient pas à sa population. Une ville nouvelle, construite ex nihilo, n’a pas de lien avec son territoire, il lui manque l’histoire, la mémoire. Une ville ne se définit pas seulement par son périmètre géographique, mais aussi et surtout par les représentations collectives qui s’y sont agrégées. En fait, la ville idéale, c’est la ville en osmose avec ses racines, qui les respecte et qui les adapte pour que puisse s’exprimer le « génie du lieu ». La ville garde la mémoire de son histoire, elle se construit sur elle- même, elle ajoute le présent au passé et c’est son « patrimoine génétique » qui la rend identifiable à ses habitants.

Caen prend les devants. 2030 se construit aujourd’hui. Projet de ville 2010-2030

 

 

© Daniel Caillet, 2016