Né à Falaise en 1027, Guillaume le Bâtard est le plus illustre des ducs Normands.

Duc à l’âge de 8 ans, son enfance ne sera pas des plus heureuses. En 1045, Guillaume a 18 ans et la révolte gronde en Normandie alors en proie aux désordres et à l’anarchie. Le mouvement est mené par le puissant duc de Bourgogne Guy de Brionne, mais Guillaume rétablit l’ordre dans l’Ouest qui devra se soumettre.

Il épouse sa cousine Mathilde malgré l’opposition pontificale et pour renforcer le pouvoir ducal, il fait de Caen sa seconde capitale. Le pape Léon lèvera son interdiction dix ans plus tard sous condition : les époux qui auront 4 enfants, trois fils et une fille, devront construire deux monastères, l’Abbaye aux Hommes et l’Abbaye aux Dames

De 1050 à 1060, Guillaume repousse de nombreuses incursions menées par Henri Ier qui s’inquiète désormais de sa puissance croissante. Mais la mort du monarque en 1061 permet à Guillaume de briguer la succession du roi d’Angleterre. C’est pourtant un autre prétendant, Harold, qui accepte la couronne en 1066 malgré le serment à Guillaume qui fait approuver ses droits par le Pape et décide de conquérir l’Angleterre. A la tête d’une armée de 50 000 hommes, il embarque pour le Comté de Sussex avant de se rendre à Hastings.

 

La lame à l’œil

La bataille a lieu le 14 octobre 1066. Harold meurt, atteint par une flèche dans l’œil. Cette victoire décisive fait de Guillaume le maître de l’Angleterre et il devient roi le jour de Noël 1066 dans la cathédrale de Westminster. Il s’empare de tous les biens du domaine et dresse l’inventaire des propriétés anglaises. C’est le fameux « Domesday-Book » (recensement national, achevé en 1086). L’épopée est fort bien racontée dans la Tapisserie de Bayeux.

Mathilde sacrée reine, Guillaume est alors alternativement d’un côté ou de l’autre de la Manche en fonction des rébellions. En 1087, à la suite d’un accident de cheval à Mantes, il vient mourir à Rouen le 9 septembre. Prévoyant, peu de temps avant sa mort, Guillaume avait organisé sa succession : la Normandie pour son fils aîné, le trône d’Angleterre pour le cadet, et une importante somme d’argent pour le plus jeune.

Ainsi prenait fin un règne glorieux et efficace de 52 ans.

 

C’est à l’église St Gervais de Rouen que fut déposée la dépouille de Guillaume le Conquérant avant son transfert à l’abbatiale St Etienne de Caen pour ses funérailles.

L’inscription de l’Académie des sciences de Rouen rappelle l’ancienneté de cet édifice

« Ici était le Prieuré de Saint Gervais, où mourut Guillaume le Conquérant, le IX septembre MLXXXVII (1087). Académie Roth. Posuit an. MDCCCXLVI (1846) ».

On lit sur une autre plaque côté sud : « Diex Aïe La Justice, le Droit, La paix de Dieu

Dernières paroles de Guillaume le Conquérant Aïeul des Rois Normands + 9 7BRE 1087 Le Souvenir Normand 9 Juin 1904. »

© Daniel Caillet, 2015