Photo empruntée à Internet (Id pour image à la Une).

 

Aller dans des directions opposées.
Agir de manière contradictoire, de façon désordonnée.

Origine

‘hue’ (‘hurhaut’, autrefois) et ‘dia’ ont été des cris de charretiers pour exciter un cheval et le faire avancer, ou des cris de laboureur pour faire aller le cheval de trait à droite ou à gauche, respectivement.
Par extension, celui qui tire à hue et à dia (sous-entendu : simultanément) fait preuve d’un manque d’organisation certain ou est condamné à être écartelé.
Au XVIIe siècle, on utilisait l’expression « il n’entend ni à hue, ni à dia » pour dire de quelqu’un que « on ne saurait lui faire entendre raison ».
En clair, si votre chef vous donne un ordre et, quelques minutes plus tard, l’ordre inverse, vous pouvez lui dire qu’il tire à hue et à dia. Et s’il s’énerve et refuse de comprendre pourquoi vous lui avez dit ça, alors « il n’entend ni à hue ni à dia ».
Mais ce genre de situation ne se produit jamais, bien sûr : si les chefs sont devenus chefs, c’est toujours parce qu’ils sont compétents, savent parfaitement ce qu’ils font et ne commettent jamais d’erreur… [1]

[1] Je le sais : j’ai été chef !

Merci à Expressio.fr 

 

© Daniel Caillet, 2015