Le 6 novembre 1906, pendant la foire St Romain, un tramway dévalait la côte du cimetière monumental et s’immobilisait miraculeusement en équilibre instable au niveau du boulevard. Les leçons sont alors tirées (déjà le principe de précaution) et rapidement, on édifie une butée ou butoir afin de minimiser les conséquences d’un nouvel accident *. On en profite aussi pour réaliser en 1908 un ouvrage similaire mais plus important au bas de la rue St Maur. C’est celui que l’on peut toujours voir de nos jours.

Certes, ce n’est pas un monument historique, mais son état actuel de délabrement est tel qu’on peut se demander si l’on est dans la capitale normande ou à Angkor Vat avant les travaux de sauvegarde. Car en plus de la décrépitude de l’ouvrage, son envahissement par une végétation luxuriante peut donner l’illusion. Quand pensera-t-on en haut lieu que ce genre de vitrine pour une ville d’art et d’histoire est du plus mauvais effet. Alors, de deux choses l’une. Soit on le remet en état, mais est-ce utile, sauf si on rétablit une ligne de tramway, ce qui est peu probable, soit on le détruit purement et simplement. L’environnement aura tout à y gagner.

Le hasard (mais en est-ce bien un ?) nous a fait apprendre que la Ville a décidé une remise en état du site avant la fin 2010.

 

* Un autre déraillement eut lieu le 5 octobre 1925.