[L’intégralité des collections entreposées au «petit musée Jeanne d’Arc» de la Place du Vieux-Marché, depuis 1955, sera vendue aux enchères le 28 octobre prochain. Félicité par l’historienne Régine Pernoud pour son travail de mémoire autour de Jeanne d’Arc, Alain Préaux doit revendre son musée. Ouvert il y a 53 ans, place du Vieux Marché, le musée Jeanne d’Arc fermera définitivement ses portes le vendredi 26 octobre prochain. Alain Préaux, propriétaire actuel, souhaitait le céder depuis quelques années  pour pouvoir partir à la retraite, mais n’a trouvé aucun repreneur.

 

L’épopée d’une héroïne

Dimanche 28 octobre, maître Delphine Bisman dispersera une myriade d’objets qui retracent l’épopée détaillée d’une héroïne, affiches, statuettes, monnaies, livres, maquettes… au cours d’une vente aux enchères qui devrait attirer de nombreux Rouennais et collectionneurs. Il y aura également de magnifiques mannequins de cire, dont Alain Préaux confiait l’entretien au musée Grévin, à Paris. A ces pièces s’ajoute une myriade d’objets, d’une grande valeur documentaire : livres anciens, opuscules, thèses, monnaies, maquettes, statuettes ou encore tableaux représentant Jeanne d’Arc.

 

Renaître de ses cendres

L’Historial Jeanne d’Arc, quant, à lui, est en pleine préparation à l’archevèché, sur 450m2. Ouverture prévue par la CREA en 2014. La mémoire et la légende de la Pucelle sera donc belle et bien perpétuée à Rouen.
Et quant au «petit musée Jeanne d’Arc», qui avait ouvert au public le 20 mars 1955, beaucoup penseront qu’il méritait un meilleur sort ! D’où peut-être ces quelques vers de la Complainte qu’on peut lire en fin de visite : «Il est mort sans voir le courage. De ceux qui pouvaient le reprendre ! Il est mort sans voir le printemps. Ni derrière, ni devant».]

(Source : Côté Rouen)