De « la Maison des Plantes Médicinales » – située judicieusement à proximité de l’Hospice Général – à un traiteur japonais spécialiste en sushis, il y avait un pas à franchir … et même un grand écart, car qui se souvient qu’autrefois, à deux pas de là, dans cette même rue Edouard Adam, les marins s’autorisaient une halte « au retour du 112 ». C’est dans ce bistrot dont l’enseigne vient de disparaitre récemment, qu’ils se délestaient d’une bonne partie du petit pécule perçu quelques heures plus tôt à la caisse des congés payés des dockers, au 112 … avenue du Mont Riboudet.