L’édifice au n°53 de l’avenue Gustave Flaubert, tire son nom de celui de la rue qui le longeait à l’origine au nord, la rue de Crosne, actuelle avenue Gustave Flaubert. Louis Thiroux de Crosne, né et mort à Paris (1736-1794), avocat du roi au Châtelet, puis conseiller au parlement et maître des requêtes, fut intendant à Rouen puis en Lorraine. Il entreprit des travaux très importants pour assainir et embellir la ville au cours des années précédant la Révolution française.

La construction de l’Hôtel de Crosne est due à Philippe Auguste Morin d’Auvers, chevalier, seigneur et patron de Bretteville, Croixmare et Varreville, conseiller au Parlement de Normandie. Acquis par l’Etat pour les besoins de l’armée en 1852, le bâtiment a, par la suite, été occupé en tant que quartier général du 3e corps d’armée, un hôtel de commandement resta jusqu’en 1999 le siège de la délégation militaire départementale. Une plaque commémorative en façade, rappelle que le Général d’armée Frère mourut au camp de Struthof le 14 juin 1944.

Sur le plan architectural, l’Hôtel de Crosne est un bâtiment « classique », entre cour et jardin, qui reste, malgré une rénovation en profondeur, très largement intact dans son aspect général et dans son organisation d’ensemble.

 

Des charpentes passées à la trappe

Si les façades et les toitures sont inscrites à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1929, malheureusement les exceptionnelles charpentes à « la Philibert Delorme » ont disparu (image mise en avant). Par contre, le très beau décor peint des boiseries de la salle de la rotonde représentant une allégorie des quatre saisons et réalisé en 1791par Bouillé, un peintre peu connu, est parfaitement mis en valeur. Il est classé Monument Historique depuis 1974.

Le tribunal administratif de Rouen a établi ici son siège le 7 avril 2008, au terme d’une campagne de travaux de restauration et de modernisation très importants.

Le jardin, quant à lui, a été recomposé dans l’esprit de l’aménagement du 19e siècle.

Globalement, le réaménagement effectué a permis de conserver très largement l’organisation interne du bâtiment en l’adaptant aux besoins spécifiques de la juridiction. Le tribunal administratif de Rouen se trouve ainsi installé dans des locaux spacieux et fonctionnels, dotés des équipements modernes nécessaires à son activité, abrités dans un bâtiment qui est aussi un élément important du patrimoine architectural rouennais.