Depuis l’Antiquité, les gens instruits savaient que la terre était ronde et trouver un océan vide demeurait la hantise des découvreurs. Aussi, lorsque le 6 septembre 1522 Sébastien del Cano, second de Magellan traverse l’océan indien et passe le Cap de Bonne Espérance, jamais le monde n’avait paru aussi vaste.

Disgracié après avoir combattu aux Indes, persuadé que l’on peut atteindre l’Asie en contournant les terres du Nouveau Monde, l’explorateur portugais Fernand de Magellan, né vers 1480, passe au service de Charles Quint et sa mission est d’ouvrir aux Espagnols la route des épices alors aux mains des Portugais.

4 mois après son départ, l’expédition longe l’Amérique du Sud et arrive près des côtes du Brésil. Une mutinerie éclate le 1er avril 1520 alors que les marins hivernent en Patagonie. Certains en viennent même à douter de l’existence d’un passage vers l’ouest et plus encore de leurs chances de survie. Magellan devra se montrer clément, car comment poursuivre le voyage, si en vertu de la loi, il doit exécuter un cinquième de l’équipage?

 

Des rats pour seule nourriture

Il décide alors d’envoyer le Santiago en reconnaissance mais il s’échoue. Le 2 octobre 1520 le Cap Virgenes est en vue, marquant l’entrée du détroit qui l’emmènera vers l’océan Pacifique et qui deviendra rapidement détroit de Magellan en son honneur. Alors qu’il traverse le Pacifique, vivres et eau viennent à manquer et l’équipage est contraint de manger des rats. Il débarque sur l’île d’Homothon après un ravitaillement de riz aux Mariannes et alors que le roi de l’île de Cebu se convertit au christianisme, celui de l’Ile Mactan refuse de se plier aux envahisseurs blancs. Magellan engage le combat et tombe sous les coups le 27 avril 1521.Quelques jours plus tard, sous prétexte de vouloir remettre aux officiers de la flotte les joyaux et présents qu’il avait promis d’envoyer au roi d’Espagne, le roi de l’île de Cebu tend une embuscade aux arrivants et 26 hommes sont tués ou mis en esclavage.

La Conception est brûlée devant l’Ile de Bohol tandis que la Victoria et la Trinidad prennent le large début mai et atteignent les îles aux épices. Mais alors que l’expédition charge les navires restants, la Trinidad ne peut repartir à cause d’une importante voie d’eau. Seule, La Victoria quittera l’île pour rejoindre l’Espagne.

L’expédition aura malgré tout été un succès dont les conséquences scientifiques élargiront considérablement les connaissances de l’époque, la géographie s’affirmant comme une lecture du réel. Il faudra ensuite attendre 58 ans pour que l’Anglais, Sir Francis Drake ne réussisse la deuxième circumnavigation.