Etymologie grecque : khrusos signifiant or et anthos, fleur, d’où « fleur en or ».

Anciennement, on allumait une bougie sur la tombe des défunts, puis au milieu du 19ème siècle, les fleurs ont remplacé les bougies.

Le chrysanthème a été introduit en France en 1789, rapporté d’Extrême-Orient. Sa floraison n’intervient jamais avant l’équinoxe du 21 septembre et il fleurit uniquement lorsque les jours sont plus courts que les nuits.

Au Japon comme en Chine, il est associé à la Plénitude et l’Immortalité. Ses pétales rayonnants représentent le symbole solaire de la maison impériale japonaise. Jaune et blanc, il symbolise dans les églises la plénitude de la vie des Saints dans l’éternité. Pourpre, mauve ou mordoré, il traduit dans les cimetières la mélancolie de la mort.

Les premiers ancêtres des variétés cultivées actuellement étaient jaunes, ensuite vinrent sur les marchés les chrysanthèmes violets. On peut remarquer que la liturgie de la Toussaint met en exergue le jaune, présent avec les garnitures dorées pour les ornements du 1er novembre. Le violet trouvant sa couleur de deuil le 2 novembre.

Vous pouvez offrir à vos chrysanthèmes une vie après la mort : une fois les fleurs fanées, rabattez les tiges, et protégez-les soit sous châssis, soit emballées dans du papier à bulle avant de les enterrer, car ils craignent le froid. La température doit avoisiner les 5°C. En fin d’hiver, les jeunes pousses vont commencer à apparaître. Dès qu’elles auront atteint les 5 cm, divisez-les en brisant la motte en plusieurs parties. Plantez alors vos boutures en pot dans un mélange moitié de terre – terreau et remettez les à l’abri, dans un endroit ensoleillé et hors gel.

La forme définitive de votre chrysanthème sera ensuite déterminée par votre façon de le pincer, ce qui se fait entre mars et juillet.

Pour parvenir à un chrysanthème multiflore, il vous faut pincer les boutons centraux au fur et à mesure qu’ils apparaissent. Ainsi, à force, ils seront plus nombreux.

Si vous préférez un chrysanthème à plusieurs grosses têtes, pincez-en une première pour déterminer le nombre final de tiges. Ensuite, supprimez systématiquement tous les boutons latéraux pour ne favoriser que celui de l’extrémité de la couronne.

Quelques chiffres : En 2000, 8.8 millions de Français ont acheté 26 millions de pots de chrysanthèmes pour un montant total de 1 154 millions de francs dont 24.6 millions de pots pour la Toussaint représentant 1098 millions de francs. Le chrysanthème en pot est la plante fleurie la plus achetée : elle représente 32 % des volumes et 31.5 % des sommes dépensées en plantes fleuries.

 

 

© Daniel Caillet, 2015