Qu’en pensez-vous ?

 

Désaffectation d’églises et après ? La route de l’insécurité culturelle.

Lors de séance du Conseil Municipal du 9 mars de Rouen, Christine Rambaud, adjointe, a présenté un rapport sur la désaffectation des églises Saint-Paul et Saint-Nicaise. L’annonce n’a guère fait de bruit dans la presse locale à notre connaissance, cette démarche est pourtant grave en ce qu’elle traduit de désengagement de la protection du patrimoine à un moment où, de toutes parts, on met le tourisme au rang des activités pouvant sauver l’économie. Elle montre aussi une inquiétante absence de perspective, sur l’après. Désaffecter est une chose, donner une nouvelle vie en est une autre.
Rappelons d’abord la procédure de désaffectation d’une église. Quand une église faute de fréquentation ou pour des raisons de sécurité n’est plus utilisée, la fermeture de l’édifice peut être demandée. Mgr Descubes, archevêque de Rouen, à la demande de la ville, a le 30 novembre désaffecté du culte ces deux églises.
Désormais la ville, en qualité de propriétaire de ces deux édifices demande au préfet de prononcer la désaffectation des deux édifices qui ne sera effective qu’après cette étape.
Selon la mairie, en ce qui concerne l’église Saint-Paul, sa situation au coeur d’un noeud routier rend son accès extrêmement difficile et dangereux. En ce qui concerne l’église Saint-Nicaise, des chutes de pierre ont contraint la Ville à fermer l’édifice…

Normandiexxl.com

http://www.paris-normandie.fr/detail_communes/articles/2745499/actualites+societe/eglises-a-vendre

© Daniel Caillet, 2015

 

Commentaire Facebook :

Il s’agit là, à mon avis, clairement de  » brader  » un patrimoine public important et de le livrer aux promoteurs privés sans scrupules. Dans l’article de Paris-Normandie, on peut lire que les églises Saint-Paul et Saint-Nicaise  » ne présentent pas d’élément architectural remarquable « . Quel mensonge ou quelle incompétence !!! L’église Saint-Nicaise possède un chœur du XVIe siècle d’une grande beauté, classé monument historique. La nef et le clocher, en béton armé ont été construits par l’architecte rouennais Pierre Chirol et par Gaillard. Cet ensemble est architecturalement intéressant. Et que dire des vitraux exceptionnels du XVIe siècle (dans le chœur) d’une valeur absolument inestimable et également classés ! Quant à ceux de la nef, œuvres de Max Ingrand, l’un des plus grands maîtres verriers du XXe siècle… Le mobilier est également digne d’intérêt : le maître autel est orné d’un retable sculpté daté de 1662. Si les acheteurs  » récupèrent  » ces œuvres d’art, ils touchent le très gros pactole et les travaux ne leurs coûteront que très peu ! L’église Saint-Paul est, elle, du XIXe siècle. Mais un élément est beaucoup plus ancien : sa sacristie. Celle-ci est le chœur de l’ancienne église et date du XIIe siècle. Elle est classée comme monument historique. De plus cette église fait partie du paysage de la façade des quais et de la côte Sainte-Catherine. Justifier partiellement le fait de devoir la vendre à cause de sa situation enclavée par un nœud routier est un argument totalement fallacieux car y réaliser des logements ne la rendra pas plus accessible !