Patrimoine grand ou petit : faut-il tout conserver ?

 

 

Une maison néogothique déconstruite puis reconstruite près de la tour

L’opération est suffisamment rare pour être signalée. Dans le cadre d’un projet de construction d’un hôtel 4 étoiles, à deux pas de la gare SNCF, le permis de construire délivré par la Ville prévoit la déconstruction puis la reconstruction d’une maison néogothique située rue du Donjon. La maison en question est adossée à un ancien garage automobile réalisé à la Belle époque qui va être entièrement démoli. Sur l’autre versant de la maison se dresse le donjon, où Jeanne d’Arc a été « mise en présence des instruments de torture » pendant son procès.
La maison « de style art déco » a été érigée en 1915. Elle « présente deux façades en pierre ouvragée sur la rue et le donjon », qui offrent un intérêt architectural.

Basculement sensible du bâtiment

Cette maison souffre depuis l’origine de « graves pathologies structurelles » précise le permis de construire. Il s’agit notamment d’un affaissement sur la façade sud « qui entraîne un basculement sensible du bâtiment ».
Dans certaines pièces, celui-ci se traduirait par un dévers de 5 à 7 cm. « Pour la préservation du patrimoine », il a donc été décidé de démolir la maison et de la reconstruire à l’identique en l’avançant de 4,65 m pour assurer une continuité entre le bâtiment principal du futur hôtel, la tour Jeanne-d’Arc et la maison de style art déco.
Le permis de construire prévoit qu’un calepinage* et un relevé très précis devront être exécutés avant le démontage de la maison. « Chaque pierre sera répertoriée par un géomètre et remontée sur un squelette en béton armé intérieur, par une entreprise spécialisée dans les monuments historiques », indique encore le permis de construire.
Dans le jardin de la maison, la présence de deux arbres remarquables a été relevée : un tilleul d’une quinzaine de mètres et un frêne qui seront conservés. Comme l’explique l’architecte Christophe Bidaud, le jardin sera réaménagé : « Une terrasse sera créée en pied de la maison. Elle accompagnera l’espace « lounge » créé au rez-de-chaussée de l’hôtel. Cette terrasse sera prolongée au nord, devant le restaurant ». Les nouveaux aménagements paysagers permettront « de requalifier l’espace et libérer des vues de qualité vers le Donjon ».

* Le calepinage consiste à noter les mesures et les agencements d‘éléments de construction (pierres, dallages) en vue de faciliter leur pose ou leur repose.

Paris Normandie 03/03/2014

 

 

Mensonge patrimonial.

Même si le permis de démolir ne semblait nullement équivoque, contrairement à ce qui a été annoncé et largement médiatisé, la maison est en cours de démolition complète. La publicité du promoteur qui montrait  un projet laissant la maison en place serait donc une tromperie. La mention « Photo non contractuelle » est bien arrangeante ! Quant au garage, il est déjà entièrement rasé mais son sort était scellé.

 

 

 

 

© Daniel Caillet, 2014