La Cité de l’architecture et du patrimoine, installée dans l’aile « Paris » du palais de Chaillot  est avec ses 22 000 m2, le plus grand centre d’architecture au monde. Fondé par Eugène Viollet-le-Duc en 1879 sous le nom de « Musée de sculpture comparée », il est consacré au patrimoine des monuments français. Il est le successeur de celui (fermé en 1816) créé pendant la Révolution  pour accueillir les « restes » conservés après les destructions du patrimoine architectural commises à cette période. Il rassemble d’importantes collections de moulages, de peintures reproduites grandeur nature et de maquettes, reproduisant les chefs-d’œuvre du patrimoine national. Il a abrité successivement le Louvre et l’ancien Palais du Trocadéro. Eugène Viollet-le-Duc avait suggéré de réunir les excédents des collections dans le palais du Trocadéro, resté vide depuis l’Exposition universelle de 1878. Sa proposition acceptée, c’est Alexandre du Sommerard qui est désigné pour constituer le « musée de la sculpture comparée ». Il ouvre quatre salles au public le 28 mai 1882 et en 1886, trois nouvelles salles. En 1889, c’est au tour de la bibliothèque et du fonds documentaire. Pour l’exposition universelle de 1937, l’édifice est largement remanié par Jacques Carlu et devient le Palais de Chaillot. Le musée est agrandi et les ailes sont doublées côté jardin. Il prend alors le nom de « Musée des monuments français ». Mais faute de budget, il doit fermer avant que le 23 juillet 1997, un incendie détruise une partie des locaux. Le palais est alors réaménagé par l’architecte Jean-François Bodin et le musée, réorganisé, rouvre le 15 septembre 2007  dans le cadre de la création de la Cité de l’architecture et du patrimoine .  La « galerie Davioud » et la « galerie Carlu » accueillent des moulages. La galerie haute sert de lieu d’exposition pour des maquettes d’architecture moderne et contemporaine. Les peintures murales et les vitraux sont exposés à l’extrémité de la galerie d’architecture moderne et contemporaine sur deux niveaux.

Moulages, peintures et vitraux  

La collection de moulages provient originellement de l’atelier du Louvre, créé en 1794. Viollet -le-Duc, sous l’impulsion de Prosper Mérimée, président de la commission des monuments historiques, profite des chantiers de restauration pour effectuer de nombreux moulages principalement en plâtre, parfois mêlé de fibres, alors appelés staffs. Les collections sont complétées par Paul Deschamps, conservateur du musée en 1927 qui introduit les premières copies de peintures murales, d’abord planes, puis reproduisant le volume original (sur voûtes, par exemple). Des copies grandeur nature de vitraux entrent aussi au musée grâce à lui.

Exemples de copies présentées : un portail de la cathédrale de Chartres; le portail principal de l’abbaye Saint-Pierre de Moissac; le portail de l’église Saint-Lazare d’Avallon; les fresques du XI e siècle de la cathédrale Saint-Etienne d’Auxerre; les fresques de la coupole de la cathédrale Saint-Etienne de Cahors; certains vitraux de la cathédrale Saint-Etienne de Sens… Et aussi, la voûte du Gros Horloge et un portail de l’église Saint-Maclou de Rouen.

Architecture moderne et contemporaine

La collection, rassemblée pour la création de la Cité de l’architecture et du patrimoine, comprend essentiellement une série de maquettes (plus de 70 en 2007).  Une reproduction d’un appartement de la Cité radieuse de Le Corbusier, à Marseille, y est également présentée.