Cette maison à encorbellements (donc antérieure à 1520) avec deux étages sous pignon donnant sur la rue , occupait autrefois l’emplacement du N° 129-131 rue de la Vanterie, devenue rue du Gros-Horloge. En 1862, lors du percement de la rue Jeanne d’Arc, elle sera entièrement démontée puis remontée en 1868, dans le petit square aménagé autour de la tour Saint André.

Avant d’être la célèbre maîtresse du roi Henri II, Diane de Poitiers était l’épouse de Louis de Brézé, Grand Sénéchal et Gouverneur de Normandie, mort en 1531. Cependant, si Diane a un lien normand évident par son mari, il est peu probable qu’elle ait été à l’origine de la construction de cette maison ni même qu’elle l’ait un jour occupé. Le nom même de « Maison de Diane de Poitiers » n’ait apparu que vers 1870 et on le découvre pour la première fois dans l’ouvrage de Lucien Hura, « Rouen, ses monuments et ses souvenirs historiques » en 1877. Elle était antérieurement la « Façade aux Médaillons » en référence aux deux portraits ornant le deuxième étage. Dans sa « description historique des maisons de Rouen« , Eustache de Laquerrière, signale que les médaillons ont été enlevés en 1794. Représentaient-ils des figures emblématiques de l’Ancien Régime, peut être même celui de Diane ?

En 1932, le syndicat d’initiative s’y installait mais malheureusement l’ensemble du Square sera incendié en 1944.

 

 

 

© Daniel Caillet, 2014