Regardant par la fenêtre, James Cook, né en 1728 dans le Yorshire en Angleterre, alors en apprentissage dans un village de pêcheurs, ressent à 16 ans l’appel de la mer. Mousse dans la marine marchande, il étudie l’astronomie, l’algèbre et la navigation et après deux ans dans la Navy, il prend les commandes d’un navire de la flotte royale. Il participe au siège de Québec, s’initie aux techniques de mesures employées à terre par les géomètres, se consacrant à la topographie et la cartographie de l’embouchure du Saint-Laurent, ce qui permet au général Wolfe une attaque décisive dans les plaines d’Abraham. Son talent est alors remarqué par l’Amirauté et la Royal Society de Londres et en 1768, cette dernière, contre toute attente, confie trois voyages d’explorations et de découvertes scientifiques à ce fils de paysan.

 

Le mousse devient chef d’expédition

Nommé lieutenant de vaisseau, il embarque à bord de l’Endeavour l’astronome Charles Green et les naturalistes Banks et Solander. Officiellement, il a pour mission d’aller observer une éclipse de soleil depuis l’observatoire Fort Vénus de Tahiti. Les résultats scientifiques observés seront universellement admirés et il démontrera que la Nouvelle-Zélande n’est rattachée à aucune terre. Il estimera aussi la taille de l’Australie.

 

A la recherche de la Terra Australis

A partir de 1772, Cook, promu capitaine, va sillonner les océans, chargé de vérifier l’existence d’un continent austral, source de tous les questionnements scientifiques au 18 siècle. Il frôlera la banquise mais sans jamais apercevoir le continent recherché. De retour en Angleterre son rapport est clair : la mythique Terra Australis n’existe pas.

Celui que l’on considère désormais comme « le plus grand navigateur de tous les temps » repart en 1176 investi d’une nouvelle mission : trouver un passage Nord-Ouest pour raccourcir le trajet des importateurs de thé entre Asie et Europe. Il retrouve les îles découvertes par Crozet et Kerguelen, donnant au premier archipel le nom de Prince-Edouard, touche la Tasmanie, découvre les îles Sandwich (Hawaï) et se livre à une étude hydrographique du littoral nord-américain. Il franchit enfin le détroit de Béring, mais arrêté par la banquise alors qu’il hiverne aux îles Sandwich, il est tragiquement assassiné à la suite d’une querelle avec les indigènes.

L’Europe pleure le capitaine Cook, sûrement le plus remarquable découvreur de la planète. Il aura rendu d’immenses services à l’hydrographie, à l’ethnographie, aux sciences naturelles, à l’astronomie et la médecine navale. En hommage deux navettes spatiales porteront les noms de ses navires.