Au N°11 bis de la rue Dieutre (car la future occupante superstitieuse et vivant seule avec sa servante, ne voulait pas habiter un N° 13 ), se situe l’une des plus originales constructions « Art Déco » de la ville.

Conçue en 1930 pour la maîtresse du propriétaire de la Pharmacie du centre (même architecte, Fernand Hamelet), la maison est organisée en deux espaces distincts. Rez-de-chaussée pour la maîtresse de maison et premier étage dans les combles pour la  « bonne ». Entre les deux niveaux, un escalier démarrant dans la cuisine. Au rez-de-chaussée, aucune séparation entre la chambre, la salle de bains et les toilettes. Salle à manger et boudoir sont séparés par des portillons ouvrants et des colonnes. L’architecte était chargé également de l’aménagement et de la décoration.

A l’extérieur, l’entrée est caractéristique de l’Art Déco en vogue à l’époque tandis que le jardin est agrémenté d’un bassin et d’une pergola en béton.