La Société des Amis des Monuments parisiens constituée dans le but de veiller sur les monuments d’art et sur la physionomie artistique de Paris (Architecture, Sculpture, Curiosités et Souvenirs historiques) est créée en 1884. Son programme se résume ainsi : veiller à la conservation de l’aspect ancien de la ville, assurer un développement plus artistique de la ville moderne, et « créer dans la nation un sentiment populaire de préservation des œuvres d’art ». En fait engendrer un mouvement d’opinion publique favorable à la préservation du patrimoine. Un concept nouveau est né.

Partant de là, deux axes d’actions se dégagent : vulgarisation et sauvegarde, le second volet dépendant de la mise en œuvre du premier ; en un mot, on ne peut agir efficacement sans avoir au préalable informé et fait connaître. Pour ce faire, conférences et visites pédagogiques sont régulièrement organisées. Ce qui surprend aujourd’hui, c’est l’intérêt déjà manifesté pour le respect du paysage urbain dans lequel les actions de sauvegarde doivent s’inscrire. Peut-être les prémisses de la notion actuelle d’écologie.

En fait, la Société des Amis des Monuments parisiens, avec une vision élargie du patrimoine, se démarque de la Commission des Monuments Historiques beaucoup plus restrictive. Parmi ses moyens d’actions variés, la collaboration de la presse est déterminante ainsi que l’influence directe des sociétaires les plus en vue.

 

 

L’élan ainsi donné, de nombreuses autres sociétés (les associations actuelles), sont créées tant en province qu’ à l’étranger. La première d’entre elles, la Société des Amis des Monuments Rouennais a soufflé en 2006 ses 120 bougies alors que son homologue parisienne s’éteignait avant l’âge de 40 ans.