Au fil de vos promenades dans les rues de Rouen, peut-être avez-vous remarqué ces petites plaques en fer fondu, apposées sur certains édifices publics ou maisons particulières à quelques dizaines de centimètres du sol. Certaines sont restées en bon état et très lisibles. D’autres le sont beaucoup moins, badigeonnées d’innombrables couches de peinture ou malmenées par le temps et la rouille.

Voici un exemple d’une belle plaque bien conservée au n°6 rue de la Seille.

Ces plaques, éléments de petit patrimoine, ont en leur temps, grâce à leur indication d’altitude, servi de guide pour moderniser et étendre le réseau de distribution d’eau potable de la cité.

Elles ont été posées il y a 150 ans. On peut y lire, dans leur partie supérieure, « Ville de Rouen ». Au centre, est fixée une tablette portant l’indication de l’altitude du lieu où la plaque est installée, ce niveau étant donnée par rapport à celui de la mer. Enfin, dans la partie inférieure, un cartouche en relief indique au centre le millésime de 1860 et est entouré de deux branches de lauriers.

Ces repères ont été fabriqués par le sieur Lacroix, fondeur à Rouen, boulevard Saint-Hilaire et posées par le sieur Dumouchel, entrepreneur, boulevard Beauvoisine.

A l’issue de gigantesques travaux sur le réseau de distribution terminés vers 1880, la quantité d’eau disponible par habitant et par jour passa alors de 20 à 140 litres, permettant aux Rouennais d’avoir de l’eau beaucoup plus près de leur domicile au lieu d’aller la chercher aux fontaines publiques de la ville. Ces travaux permirent aussi d’alimenter des quartiers jusqu’alors privés du précieux liquide à cause de leur altitude.

Ainsi, à la décision municipale, prise en 1859, de faire « circuler l’air et le soleil dans les quartiers populeux afin d’assurer le bien-être de nos concitoyens » venait s’y ajouter l’eau.

Sur les 388 repères posés en 1860, 65 ont été retrouvés à ce jour par les adhérents de P’tit Pat’ Rouennais. D’est en ouest, ils sont situés entre Fontaine sous Préaux et la rue du Renard, et du nord au sud de la rue d’Ernemont à l’église Saint-Sever. La liste est disponible sur le site Internet de l’association. Avis aux observateurs pour en dénicher d’autres…