Bien aimable a été l’ancienne association « P’tit Pat’ Rouennais » pour avoir fait remarquer à la Ville de Rouen que le texte de quelques plaques de rues du quartier Saint-Nicaise était erroné. Elles indiquaient à tort et depuis fort longtemps le nom d’Aimable Floquet alors qu’il s’agit d’Amable Floquet, né à Rouen en 1797 le 9 juillet et mort en 1881 le 3 août dans le Calvados au château de Formentin. Il était à la fois un historien et  un paléographe archiviste régional.  Un « i » de trop qui vient d’être supprimé sur les nouvelles plaques posées. Voilà l’occasion de rappeler qu’une erreur similaire mais avec un « i » en moins a concerné jadis la rue du Bailliage. Dénommée momentanément rue de l’Etat-civil en 1794, l’Almanach du Facteur ne la reconnaissait pas, et pour cause… Dans les années 1950, le fabricant des anciennes plaques bleues de voirie commettait une erreur, une coquille, en oubliant, volontairement ou non, le second « i » du nom de cette minuscule voie. Nombreux sont encore les Rouennais qui pensent de bonne foi que l’orthographe erronée est la bonne. Aujourd’hui pourtant, nous lisons partout « rue du Bailliage », une appellation issue de l’ancienne « baillie » de la ville qui rendait la justice. Un nom vieux de plus de 600 ans pour une rue habitée seulement sur le côté nord et qui continue à emprunter partiellement le tracé de l’ancienne rue de la Truie, disparue en 1862 lors de la création du Jardin Solférino et du percement de la rue Jeanne d’Arc.

 

 

 

© Daniel Caillet, 2015