Rouen Magazine vient de sortir et comme tous les ans à cette période de rentrée vous y trouverez le programme des Journées du Patrimoine qui se dérouleront les 15 et 16 septembre.

A noter en cette année du cent cinquantenaire de l’écriture du roman, le Marathon Bovary au Lycée Corneille, lecture intégrale de Madame Bovary proposée par les amis de Flaubert et de Maupassant et le centre Flaubert de l’Université de Rouen. Nul n’est besoin d’être acteur pour participer à cette lecture, il suffit de vous inscrire au préalable. C’est prévu pour durer 20 heures, mais chacun lira seulement quelques pages.

Des associations liées à la sauvegarde du patrimoine, ça ne manque pas à Rouen et je salue l’arrivée de la petite dernière, l’association du P’tit Pat’ Rouennais qui nous propose 3 D à Rouen, Déambulation, Découverte, Détente sur les traces du petit patrimoine, un parcours pédestre en centre-ville.

Rouen est porteuse d’une riche histoire textile qui s’est tissée du Moyen Âge au 19ème siècle. Cette histoire s’est ancrée au sein de la vallée du Robec, témoin de l’évolution technique du textile, de l’artisanat des premiers temps à la période industrielle et à sa mécanisation. Rouen, ville drapière, sera le déroulé pour les visiteurs tout au long de ce week-end :

Sur le secteur des Petites Eaux du Robec, l’Art défile avec des promenades, des visites décalées, des ateliers tissu, teinture et diverses activités pour les enfants au centre du petit Prince ainsi qu’une guinguette pour les adultes.

Des conférences avec l’évolution du vêtement infirmier au Musée Flaubert et d’Histoire de la Médecine, les maladies des filatures de coton en Seine-Maritime au XIXe et XXe siècles, un atelier au Muséum Tapa tapé ton étoffe ? pour les enfants de 6 à 12 ans, des visites commentées avec notamment les tissus et costumes dans la peinture au Musée des Beaux-Arts et de nombreuses expositions.

Au musée Flaubert et d’Histoire de la Médecine, un registre datant du XVIIIe faisait office d’identification des enfants trouvés, avec le détail des vêtements qu’ils portaient, leur jour d’arrivée, leurs signes distinctifs. Un morceau de tissu dans lequel ils avaient été déposés était également agrafé au registre, dans l’espoir que les parents viennent les rechercher avec le reste de l’étoffe. 11 plasticiens se sont inspirés de la symbolique de ce morceau de tissu pour créer des installations intégrant des matériaux aussi variés que le tissu, la résine, la terre-papier ou bien encore le ciment.

Mais l’évènement de ces journées sera Les dessous du Patrimoine avec sa première édition Draping qui animera la nuit du samedi 15 septembre. De 19h à minuit, 12 artistes contemporains investiront l’espace urbain et les lieux phares du patrimoine avec des installations, performances, vidéos, expositions, concerts renversants sur une thématique toujours liée au textile. Enfants naturels de Dada, Marcel Duchamp et Fluxus, ces créateurs viennent bousculer le champ de notre conscience, décaler notre regard et notre perception de l’existant. Désacraliser le patrimoine, c’est pas Marcel (Duchamp) qui me contredirait, lui qui n’hésitait pas à coller des moustaches à la Joconde (LHOOQ).

Et puis bien sûr tout le reste que vous pourrez découvrir dans ce programme. Merci à tous ceux qui chaque année s’impliquent dans la réussite de ces journées et bonnes promenades du patrimoine à tous !

Blog de Laure Leforestier, adjointe au Maire chargée du patrimoine