Réemploi d’une partie de colonnade ornant jadis une loggia ouverte dans le jardin de l’hôtel Jubert de Brécourt sis 1 bis rue de l’Hôpital, ces colonnes à figurines originales rappellent celles de l’aître Saint-Maclou et du pavillon des Vertus de la rue du Ruissel. Elles ornent l’entrée de la construction du XIX e siècle à gauche de la cour.

Inscrites à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques, elles sont un témoignage de l’école de Rouen de la première Renaissance. Chères au coeur de notre regretté ami Patrice Quéréel mais négligées par les responsables et propriétaires successifs, elles sont aujourd’hui en grand danger. Seule une restauration sur place ou mieux, un démontage pour une mise à l’abri dans un musée, pourraient les sauvegarder durablement.

A noter aussi le manque de visibilité puisque l’hôtel, propriété privée, est d’un accès confidentiel. Cette problématique de l’ouverture même occasionnelle des monuments historiques a été évoquée à maintes reprises avec les responsables locaux… Sans solution pour le moment.

 

Etat en novembre 2013.

 

Etat en août 2015.

 

© Daniel Caillet, 2015