Depuis 1165 circule dans l’entourage des rois chrétiens, une lettre rédigée en latin par un certain prêtre Jean. Destinée à l’empereur de Byzance, elle décrit l’existence d’une contrée au-delà des terres musulmanes où « s’étend un merveilleux royaume traversé par un fleuve provenant du paradis, charriant émeraudes, saphirs et rubis… » Dès lors, cette perspective va motiver l’occident pour rejoindre cette destination mystérieuse. L’esprit de découverte et la recherche de ressources prédominant à la Renaissance vont permettre à Henri le Navigateur, héritier de l’ordre du Temple, de renouer pas à pas, les liens commerciaux rompus sur les côtes africaines depuis la prise de Constantinople par les turcs ottomans. Dix ans se sont écoulés depuis que Bartolomeo Diaz a doublé le Cap de Bonne Espérance et la prochaine étape sera l’Inde et ses richesses.

 

Un aller-retour

L’avènement au Portugal de Manuel 1er, désireux d’atteindre les Indes avant les espagnols, est à l’origine du projet. Le roi fait appel à ce fils de noble né vers 1469 à Sines et instruit dans la prestigieuse école de Sagres. Il lui donne pour mission d’explorer l’océan indien et le 20 mai 1498, Vasco de Gama aborde Calicut, près du port le plus important de la côte Malabar, là où arabes et chinois échangent leurs marchandises et embarquent la production locale. Pour les portugais, c’est l’aboutissement d’un prodigieux rêve entretenu pendant plus d’un siècle. Vasco de Gama, peu informé sur les réalités de la vie quotidienne locale, constate avec surprise que les portugais obtiennent les mêmes droits commerciaux que les arabes, provoquant une certaine tension. Il crée un port d’exportation de poivre et de coprah et s’installe à Cochin. Il est le premier européen à rallier l’Inde par la mer en contournant le Cap de Bonne Espérance. Par suite d’intrigues avec les marchands arabes, il est mal accueilli par le Rajah et revient en Europe sans avoir trouvé le prêtre Jean.

En 1522, le nouvel  » amiral des Indes » reprend la mer avec une flotte de guerre. Il bombarde et ruine Calicut, mène contre les musulmans la  » guerre des épices » avec un esprit de croisé, et passe avec les princes de la côte Malabar des traités assurant aux portugais un monopole commercial. L’expédition de Vasco de Gama marquera l’histoire à tout jamais et est à l’origine de la colonisation de l’Inde. L’empire colonial portugais est né. Couvert d’honneurs, ce marin hors pair restera inactif pendant 20 ans avant de recevoir la plus haute distinction, celle de Gouverneur Général des Indes et décèdera juste après, le 24 décembre 1524.