Extrait du 1er texte de présentation de l’association

Qu’est-ce que le « petit patrimoine » ? Des édifices, des objets qui à la différence des châteaux, des églises…, ne sont et ne seront sans doute jamais protégés au titre des Monuments Historiques. Souvent, ils sont fort anciens, parfois contemporains et récents. Le « petit patrimoine », c’est tout ce qui, à Rouen, laisse une trace du passé dans notre vie de tous les jours. Une vieille enseigne, une signalétique oubliée, un détail architectural reflet d’une époque, d’un passé encore proche… Rythmant le paysage urbain, ils font partie de notre vie quotidienne. Mais ces « choses » qu’on ne voit pas ou plus nous manquent cruellement dès qu’elles disparaissent.

 

La frontière entre grand et petit patrimoine est subtile car des monuments importants de grand patrimoine incluent fréquemment des éléments de petit patrimoine.

Une petite fontaine, un cadran solaire… sur un site prestigieux, un château classé Monument Historique par exemple, font partie du petit patrimoine.

Et que dire et penser de bouteilles de « Château Laffitte » qui ont bénéficié récemment de la même distinction ?

Enfin, comparée à la pyramide de Khéops, celle de Peï fait-elle partie du petit patrimoine ?

Encore plus subtile ! Une carte postale ancienne rare représentant un élément du grand patrimoine a lieu d’être sauvegardée.

Souvent donc, nous devrons songer à la légitimité de nos actions pour rester en harmonie avec nos statuts : défendre avant tout le petit patrimoine.

L’expression « petit patrimoine » fort peu employée jusqu’alors, est aujourd’hui reprise par la plupart des responsables locaux.

Dans un excellent article consacré aux oratoires de l’ancien couvent des Capucins, on peut lire que l’édifice en péril depuis le 23 février 2006 « peut sembler relever du petit patrimoine… »

Dans la presse locale enfin, l’expression a été employée à maintes reprises et P’tit Pat’ Rouennais est désormais connu et reconnu par tous les amoureux de la ville.