Dieppe a joué un rôle majeur dans les explorations maritimes du 16e siècle, sous l’impulsion de Jean Ango, le plus célèbre de ses habitants. Le port pratiquait depuis le Moyen Age la pêche hauturière et il avait développé l’artisanat de l’ivoire à partir des dents de cachalot. En 1282 et 1385, des navigateurs dieppois auraient été les premiers européens à débarquer en Côte d’Ivoire, aussi appelée « Côte des Dents », afin d’y charger des défenses d’éléphant matière première essentielle pour leurs ateliers d’art.

Jehan Ango, qui y est né en 1480, armateur riche et puissant, était prédestiné à vivre de la mer, ressource ordinaire des Normands au 15e siècle. Humaniste, accusé plus tard par Calvin de faire partie de la secte des Libertins ou Illuministes, il pratiquait le commerce régulier des épices en Afrique et en Inde, mais aussi, avec l’appui de Marguerite de Navarre, la sœur de François Ier dont il fut l’ami, la « guerre de course » contre les Espagnols et la piraterie contre les Portugais. Ces derniers appliquaient en effet avec férocité la bulle papale « Inter Coetera » interdisant à tout navire non espagnol ou portugais de naviguer à plus de cent lieues des Açores.

Elevé à la dignité de vicomte, charge correspondant à des fonctions de juge de police, c’est à partir de 1522 qu’il acquiert sa prodigieuse fortune, lorsque l’un de ses capitaines, Jehan Fleury, vole au nez et à la barbe de Charles Quint, l’or que Cortés lui envoyait du Mexique.

 

« Jehan » des mers

Il lancera plusieurs expéditions comme l’exploration de la baie du fleuve Hudson (nommée « Angoulesme ») par Giovanni da Verrazzano, la découverte de Terre-Neuve par Aubert et celle de l’archipel indonésien des Moluques par les frères Jean et Raoul Parmentier. Ce sont ces derniers qui inventent en 1529 le rite bouffon du « Baptême de la Ligne » qui se pratique toujours sur tous les navires au passage de l’Équateur.

La légende dit aussi qu’en 1531, Ango fit bloquer le port de Lisbonne en représailles des pertes occasionnées par les Portugais à sa flotte, mais aucun document d’époque, français ou portugais ne confirme cet évènement. Il faudra attendre la fin du 17e siècle pour voir des gravures représentant la prise de Lisbonne.

En récompense de ses succès, Ango sera nommé par le roi gouverneur de Dieppe. Le port normand devient alors le plus important du royaume, comptant environ 40.000 habitants, un chiffre considérable pour l’époque.

A Varengeville sur Mer, près de Dieppe, l’armateur fera construire par des architectes italiens un superbe manoir qui porte son nom et il meurt à Dieppe en 1551 presque ruiné.

Après sa disparition, la vocation maritime dieppoise se perpétuera avec entre autres l’expédition de Jean Ribault qui commandera une expédition pour explorer la Floride.

© Daniel Caillet, 2018