Ce site remarquable tire son nom de l’ancien français « aître »  qui avait le sens de « cimetière », (issu du latin atrium désignant la cour intérieure précédant l’entrée d’une villa romaine), – d’où par extension le cimetière situé avant l’entrée de l’église – et de la paroisse Saint-Maclou, dont l’église du XV ème siècle se situe à proximité.

Le cimetière remonte à la peste noire de 1348. À la suite d’une nouvelle épidémie au XVIe siècle, il est nécessaire d’en augmenter la capacité et la paroisse décide alors d’aménager des galeries surmontées de combles destinés à abriter les ossements. L’édification de l’ossuaire débute en 1526 par la galerie ouest tandis que les galeries nord et est sont bâties dans les années qui suivent et achevées respectivement en 1529 et 1533.

La galerie sud n’est en revanche réalisée qu’en 1651, à la suite d’un legs du père Robert Duchesne et elle est destinée à devenir une école pour les garçons pauvres de la paroisse, sans compromettre l’utilisation toujours active du cimetière. La chapelle Saint-Michel sera construite par Pierre Daust en 1658.

Les statuettes des colonnes seront endommagées en 1562 pendant les guerres de religion.

 

© Daniel Caillet, 2016