« Ce sont mes grands-parents qui m’ont appris ce que je sais de mon bien aimé Pays de Caux, des choses qu’on n’apprend pas dans les livres. »
Eugène Coquin, né au Havre le 14 avril 1903 et devenu orphelin très jeune, sera élevé par ses grands-parents. Le jeune homme devient journaliste au Havre Éclair et publie son premier ouvrage de nouvelles à 23 ans. Il l’intitule « Mon Curé » et le signe Jehan Le Povremoyne. Suivront deux romans, « Les Noces Diaboliques » en 1929 et « Rose Misère » en 1931.
Après la guerre, il deviendra journaliste à Paris-Normandie jusqu’à son retrait de la vie active en 1968. Entre deux, il publiera « Ma Grand-Mère Paysanne » en 1954.
Il était maire de la commune de Robertot ( plus petite commune du plus petit canton de Seine-Maritime) depuis la fin de la guerre et jusqu’au 10 avril 1970, jour où il se donna la mort au Tréport.