L’imaginaire collectif, entretenu notamment par les images du cinéma ou de la bande dessinée, continue à voir dans le Viking un être largement fantasmé. Il n’avait pas grand-chose d’un surhomme blond invincible mais était avant tout un commerçant à l’affût de prises faciles lors de coups de main promptement exécutés.

Parmi les images les plus enracinées et en tête du florilège, l’inévitable casque à cornes (ou à ailes, ou à pointes…). Or, les Vikings n’ont jamais porté de tels couvre-chefs. En cuir bouilli ou, pour les plus riches de leurs propriétaires, en acier, les casques étaient dépourvus d’accessoires si ce n’est ceux de protection (gorgerin, protège-joues).

Cela n’a pas empêché les programmes officiels des maigres manifestations organisées pour le 1100e anniversaire de la fondation de la Normandie de montrer leur peu d’intérêt pour l’histoire normande.

 

 

 

© Daniel Caillet, 2017