Autrefois à Rouen avait lieu une lutte sans merci entre les bouchers urbains installés rue Massacre ou près de St Ouen (la rue des Boucheries St Ouen en reste la seule évocation), St Maclou et StVivien, et les bouchers forains réfugiés à cause de la guerre, car « nul étranger ne pouvait vendre de la viande sans avoir séjourné un an et un jour dans les murs de la cité … et avoir accompli 4 années d’apprentissage ». Cependant, une  permission, limitée à un an, était accordée aux forains pour vendre de la viande aux portes de la ville, ce qui leur permettra d’installer les boucheries de Veil-Marché et de la porte Beauvoisine. Le bailli Guillaume Picard avait octroyé des statuts approuvés par Charles VII en 1497 et l’on distinguait nettement ces boucheries nouvelles des boucheries anciennes. En 1520, l’année où les conseillers municipaux firent diminuer le prix excessif de la viande,  les Rouennais consommaient en moyenne chaque semaine, 140 bœufs ou vaches et 4000 moutons sans compter les porcs et les veaux (Image à la une : 16 place du Vieux Marché).

 

 

Ancien restaurant du Boeuf Couronné, rue Beauvoisine.

 

Ancienne boucherie de la rue Eau de Robec (cliché de Nicolas Niger).