Le musée Le Secq des Tournelles, qui possède deux réverbères en fonte habillée de cuivre qui faisaient partie de la fontaine monumentale érigée entre 1874 et 1879 sur le site du réservoir de la place Sainte-Marie, souhaite aujourd’hui leur redonner une seconde vie.

Le programme de restauration envisagé se fonde sur deux partis pris différents et complémentaires, destinés à sensibiliser le public aux problématiques de la restauration. Une première opération consistera à restituer l’un des réverbères à l’identique, en réintégrant notamment des éléments disparus avec le temps (globe de verre …) et en s’appuyant sur des documents d’archives. Une seconde opération, moins interventionniste sera menée en parallèle : elle consistera à stabiliser la corrosion et à consolider les éléments fragilisés par le temps.

Afin de mener à bien cette restauration estimée à 18000 euros, les musées de Rouen vont lancer une grande souscription publique en collaboration avec la Fondation du Patrimoine. Les deux réverbères restaurés seront dans un premier temps présentés dans le cadre du Temps des collections. Ils seront exposés au musée Le Secq des Tournelles de façon permanente.

Toujours concernée par la sauvegarde du petit patrimoine local, l’association P’tit Pat’ Rouennais (dissoute depuis) avait décidé de participer à l’opération à hauteur de 150 euros.

 

 

2

 

Des réverbères en péril à Rouen.

Un décor de feuille avait été construit à l’origine derrière la fontaine sur laquelle quatre réverbères étaient installés

Envie de participer à la restauration d’un morceau du patrimoine rouennais ? Le musée Le-Secq-des-Tournelles, référence européenne en matière de ferronnerie d’art, vous en donne l’opportunité à l’occasion d’un appel aux dons lancé tout récemment.
L’établissement municipal possède dans ses collections deux réverbères en fonte habillés de cuivre qui faisaient partie de la fontaine monumentale érigée sur le site du réservoir de la place Sainte-Marie, en haut de la rue Louis-Ricard. Inaugurée en 1879, cette fontaine est l’œuvre du tandem Deperthes (l’architecte) et Falguière (le sculpteur).

Coût de l’opération estimé à 18 000 €.
L’objectif du musée est donc de procéder à la restauration de ces deux pièces, non pas pour les réinstaller sur le site, mais pour sensibiliser le public au savoir-faire des restaurateurs en menant en parallèle deux types d’opération. La première consistera à rendre son état original à l’un des réverbères en s’appuyant sur des documents d’archives et en remplaçant les éléments manquants.
La seconde se contentera de stabiliser la corrosion et de consolider les éléments fragilisés par le temps. Deux modes de restauration aux rendus forcément différents qui permettra de s’interroger sur la manière d’envisager la sauvegarde du patrimoine.
Le coût global de l’opération est estimé à 18 000 €, et les musées rouennais ont donc décidé, pour en financer une partie, de lancer une grande souscription publique en collaboration avec la Fondation du patrimoine.
A noter que les deux réverbères restaurés seront dans un premier temps présentés dans le cadre de l’édition 2014 du Temps des collections au musée des Beaux-Arts, avant d’être exposés au musée Le-Secq-des-Tournelles de façon permanente.

Un décor de feuille avait été construit à l’origine derrière la fontaine sur laquelle quatre réverbères étaient installés.

Fin avril 2016 : opération finale en direct au musée des Beaux Arts.

Un résultat remarquable et un bon point mérité.

 

 

 

© Daniel Caillet, 2016