Rezé. Des sarcophages découverts sur le chantier immobilier.

Sans creuser profond, juste sous les fondations de la maison ancienne, les archéologues ont trouvé les vestiges d’un cimetière.

Au premier jour de leur étude de diagnostic sur le sous-sol des maisons, les archéologues de la métropole nantaise ont trouvé des sarcophages et sépultures en pleine terre. Les vestiges d’un ancien cimetière sont apparus ce mardi 19 mars, à Rezé, dans le quartier de l’hôtel de ville.

Place Saint-Pierre, à Rezé, la démolition d’anciennes maisons a débuté pour laisser place à des immeubles neufs.

Une fois les murs tombés, l’équipe de la direction du patrimoine et de l’archéologie de Nantes métropole se charge de creuser le sous-sol pour y lire dans les strates enfouies du passé. Ce matin, aux premiers coups de pelleteuse, ils ont découvert « une forte densité de sépultures » . Une quinzaine de sarcophages en pierre calcaire et ardoise, ainsi que des sépultures en pleine terre.

Une « bonne surprise » pour Christian Le Boulaire, le responsable du diagnostic. « On savait qu’il y avait un cimetière ici. Il est mentionné dans les archives lors de la purge au milieu du XIXsiècle pour créer la place et la nouvelle église. Mais on ne s’attendait pas à trouver des vestiges. » Des inhumations comme il s’en pratiquait au début du Moyen-Âge, après la période romane. Comme ces sépultures n’ont pas bougé depuis des siècles, « on peut espérer avoir en dessous du gallo-romain très bien conservé. »

Environ quinze sépultures anciennes ont été trouvées près de la mairie de Rezé. Dater plus précisément les tombes, chercher des indices, aller plus en profondeur, voilà le travail des trois archéologues métropolitains pour les quinze jours à venir. Christian Le Boulaire opère avec Cassandra Nemes et Rémi Rollet. Eux font le diagnostic. Ensuite, après lecture de leur rapport, c’est le service régional de l’archéologie qui décide d’engager, ou pas, des fouilles plus complètes.

 

Ouest France

© Daniel Caillet, 2019