Vers 1860, pour remplacer le pont suspendu, inadapté à une circulation croissante, il est décidé de construire un pont en acier. L’ancien est détruit en 1884 et remplacé provisoirement par une passerelle sur pilotis que les Rouennais regretteront lorsqu’elle sera elle aussi démolie après l’achèvement du nouveau pont inauguré le 23 juin 1888.

L’ouvrage comportait trois arches et mesurait 240 m de long pour 20 m de large, largeur suffisante pour les « Fêtes normandes » de 1904 ou les défilés du Front Populaire en 1936. Les clefs de voûte représentaient des femmes casquées et les deux piles se terminaient par des exèdres semi-circulaires et des réverbères éclairaient la chaussée.

Plus récent que le pont Corneille, le pont Boïeldieu assemblé par rivetage, est supporté par deux piles implantées dans la Seine et deux culées sur le quai.

 

Une statuaire historique

 

Il résiste jusqu’au 9 juin 1940, détruit par l’armée française lors de l’entrée des Allemands dans la ville et remplacé par un pont de bateaux emporté par la Seine gelée en janvier 1941. Il est alors temps d’entreprendre sa reconstruction qui est confiée aux Allemands.

Le nouveau pont métallique est inauguré le 30 août 1941 en présence du « Feld Kommandant » mais il sera à nouveau détruit à la Libération et remplacé en septembre 1944 par un ouvrage de type « Bailey » réalisé en deux jours. En 1949, les quais sont surélevés et une trémie est construite, nécessitant le relevage du pont sur la rive droite.

On songe alors à démonter le pont Bailey et à reconstruire. Ouvert à la circulation le 3 mai 1955, le pont est inauguré le 28 avril 1956 par Paul Ramadier.

Quatre statues monumentales de Saupiquet et Beaumel, tous deux Grands Prix de Rome ont été sculptées en 1956 et 1957. Au sud, elles représentent « la Seine » et « l’Océan », au nord, « les Vikings » et « le départ de Cavelier de la Salle ».

Les bustes de grands navigateurs dus à Jean-Marc de Pas ont récemment complété la collection, mais l’on attend toujours la construction de boutiques coupe-vent évoquée dès les années 1950.

…………………………………………..

Pont suspendu de Tonnay Charente, l’un des plus vieux ponts suspendus d’Europe (1842).

© Daniel Caillet, 2015