L’œil d’un passionné de la ville de Rouen. Après avoir photographié des milliers de curiosités à travers le dédale de la cité, Daniel Caillet découvre la richesse des témoignages laissés sur une façade, au coin d’une rue ou encore abandonnés dans une cour ou un jardin. Constatant l’état inquiétant de certains éléments et leur disparition probable, celui-ci décide de fonder une association qui aura pour objet la sauvegarde du « petit patrimoine ».

 

 

Pour le 1er Forum des Associations en septembre 2009, La Maison des Associations avait brossé quelques portraits :

 

Portrait de témoin associatif : Daniel Caillet, Président de P’tit Pat’ Rouennais.

Trois ans pour imaginer la création d’une association, convaincre quelques amis, passer en quelques mois à trente adhérents et rassembler aujourd’hui plus de cent vingt personnes, c’est l’histoire de P’tit Pat’ Rouennais et de son Président. Un homme sans aucune expérience associative, il y a trois ans encore.

Ancien fonctionnaire des services fiscaux, Daniel Caillet souhaitait utilement occuper sa retraite. De son goût pour les monuments rouennais et pour les longues balades dans sa ville est née l’idée de faire connaître et sauvegarder le petit patrimoine rouennais.

Ce projet l’a conduit en tant que Président fondateur à endosser au sein de l’association bien des rôles. Tout faire ou presque au début pour organiser les choses, faire le lien entre les membres, en tenir le secrétariat et la trésorerie, assurer la promotion de l’association. Aujourd’hui, il essaie de privilégier ses fonctions d’animateur, de lanceur d’initiatives et de communicant.

Il estime que cette expérience l’a transformé. Il apprécie tout particulièrement l’ouverture sur les autres, la société, les contacts intéressants pris, la diversité des gens rencontrés. Il souligne aussi que son implication associative lui a donné la capacité de s’affirmer et de manière très pratique l’occasion d’apprendre à utiliser l’outil informatique. Elle lui permet selon ses termes « d’être bien dans ses baskets et droit dans ses bottes », ce qui l’a conduit à de nouvelles aventures puisqu’il est aussi membre de la Commission de Sauvegarde des Amis des Monuments Rouennais et correspondant local de presse pour Paris Normandie avec sa rubrique hebdomadaire « Chemin faisant ».

Aussi enthousiaste pour évoquer l’apport du monde associatif que le patrimoine rouennais, Daniel Caillet met en avant parmi les raisons de s’engager dans cette voie, la possibilité d’échanges multiples et l’ouverture sur de nouveaux horizons.