Dans les Jardins de l’Hôtel de Ville le buste en bronze dû à Henri Lagriffoul en 1948 vient d’être mis en valeur. Mais pourquoi donc Emile Verhaeren a-t-il laissé son empreinte dans la capitale normande ? Le 27 novembre 1916, le poète belge vient à Rouen pour y faire une conférence. Pressé par le temps et bousculé par la foule, il connaît une mort tragique en passant sous un train qui partait. C’est donc le hasard qui lie son destin à notre ville. Cette  mort à la fois stupide et révoltante est chargée de symbole puisque le critique qui soutenait Claude Monet s’éteint dans la gare, symbole de modernité, d’une ville célébrée par le peintre.