La galerie d’Aumale de l’Hôtel de Bourgtheroulde présente aux visiteurs une série de six bas-reliefs à découvrir de gauche à droite et évoquant les « Triomphes de Pétrarque ». Les deux premiers, malheureusement endommagés par le ruissellement des eaux de pluie sont devenus peu lisibles. Il s’agit de poèmes allégoriques en langue vulgaire toscane (en italien « triomphi », récit d’un rêve composé en « terza rima ». L’œuvre achevée en 1374 a été écrite en plusieurs périodes, au cours de la vie du poète. Chaque « chapitre » est consacré à un triomphe (coutume romaine antique consistant à magnifier un héros de guerre par un triomphe) représentant une vision allégorique de la de la vie de l’homme, la lutte contre les passions, la prise de conscience du caractère fugitif des choses terrestres, jusqu’à la victoire finale de l’éternité.

 

1- Le Triomphe de l’Amour lorsque, par une journée de printemps, Pétrarque s’est endormi à Vaucluse (son séjour privilégié depuis 1339 où l’éternel amoureux de Laure venait régulièrement écouter « la voix enrouée des eaux »). Il rêve à l’allégorie de l’Amour tenant les rênes d’un char triomphal, suivi par un cortège de fidèles vaincus. Il y reconnaît beaucoup de ses prédécesseurs et tout en discutant avec eux, il arrive à Chypre, l’île natale de Vénus.

 

2- Le Triomphe de la Chasteté avec pour protagoniste Laure de Noves, aïeule du Marquis de Sade et devenue la muse de Pétrarque. Elle soustrait au char de l’Amour de nombreuses femmes de l’antiquité et du Moyen Age, comme Didon. Ce second cortège se disperse à Rome dans le temple de la Pudicizia Patrizia.

 

3- Le Triomphe de la Mort, occasion pour le poète de se souvenir des héros et des peuples disparus. L’un des plus beaux passages du poème rappelle la mort idéalisée de Laure.

 

4- Le Triomphe de la Renommée qui décrit nombre de célébrités, rois, poètes, orateurs, philosophes, généraux. Selon Pétrarque qui se démarque de Dante Alighieri, le plus grand philosophe ne serait pas Aristote mais Platon.

 

5- Le Triomphe du Temps permet à Pétrarque de s’interroger sur lui-même et de composer une émouvante élégie sur la fugacité des choses et du temps qui passe.

 

6- Le Triomphe de l’Éternité, refuge de l’homme en Dieu qui trouve un monde stable et éternel.

Les Triomphes sont appréciés pour l’introspection du poète dans ses sentiments avec un niveau élevé de lyrisme et de poésie. Par contre, le mécanisme rigide du récit et les énumérations de personnages ont été critiqués.

 

Avec l’aide précieuse de Wikipédia.

 

© Daniel Caillet, 2017