La délicate réhabilitation du lycée Pierre-Corneille de Rouen est provisoirement interrompue

Le vénérable lycée Pierre-Corneille à Rouen peine à mener à terme son programme de réhabilitation. L’établissement qui fut le collège des Jésuites de la fin du XVIe siècle, classé au titre des Monuments historiques, fait en effet l’objet d’un vaste programme de restructuration/réhabilitation, sous maîtrise d’ouvrage de la Région Haute-Normandie, pour un montant global de 54 M€. Mais les importants travaux débutés en 2010 sont à l’arrêt en raison de la défaillance d’une entreprise. Une reprise du chantier est espérée au premier trimestre 2015.

L’opération de restructuration du site du lycée Corneille se déroule en cinq étapes très imbriquées et interdépendantes les unes des autres. La première phase, qui est en cours, porte notamment sur la construction dans la cour intérieure d’un bâtiment neuf dédié à la demi-pension. Ce bâtiment construit sur deux niveaux, équipé de deux lignes de self devait être livré au cours du 1ersemestre 2014. Mais depuis plusieurs mois le site est à l’arrêt suite à l’abandon de chantier de l’entreprise titulaire du lot gros œuvre “Grand Ouest Construction“. « L’attitude de cette entreprise est très regrettable », réagit Sophie Molle, vice-présidente (PS) chargée de l’enseignement secondaire à la Région qui a du notifier un arrêt de chantier à l’ensemble des autres intervenants. L’appel d’offres pour la relance du lot gros œuvre est prévu dès novembre. La notification du marché est prévue en février 2015, « ce qui permettra de lever l’arrêt de chantier pour l’ensemble des entreprises », assure l’élue.

La livraison de la demi-pension est prévue pour la prochaine rentrée « si la réponse à la consultation pour la relance du lot est fructueuse ». Dans l’attente, le restaurant actuel est en capacité d’accueillir un effectif de 1.300 demi-pensionnaires. Il y a 1.193 élèves demi-pensionnaires inscrits en 2014 contre 1.330 en 2010. Malgré les files d’attente au self, l’équipement est opérant. Vaille que vaille. Avec les contraintes des bâtiments existants,« seule une optimisation des flux lors des services du midi peut éventuellement être recherchée par l’établissement », suggère la vice-présidente. L’amplitude horaire d’accueil des demi-pensionnaires pourrait être élargie en attendant le nouvel équipement.

La seconde phase des travaux démarrera donc dès que les travaux de la première phase seront achevés. Elle concernera la restructuration du bâtiment historique Corneille pour un coût de 23 M€. La troisième phase de l’opération concernera la réhabilitation du bâtiment, la quatrième le bâtiment des BTS, et la cinquième la restructuration d’un bâtiment scientifique.

http://www.filfax.com/

 

 

© Daniel Caillet, 2014