Exemple de patrimoine, parmi beaucoup d’autres, dont touristes et Rouennais ne peuvent profiter *, cette plaque au rez-de-chaussée de la tour St André fermée depuis de trop nombreuses années. Elle a pu être photographiée et déchiffrée par les membres de P’tit Pat’ Rouennais. Portant la date de 1541, il s’agit en fait d’une inscription commémorative de la dédicace de l’église qui avait été faite en 1526. Il existait aussi dans l’église, une autre pierre qui avait été gravée par un certain Pierre Lucet en 1528.

 

L’an de grâce mil cinq cens XXVI le XEE e de janvier jour sainct vincent levesque de veriense suffrangant de georges damboise archevesque de rouen dedia ceste eglise en l’honneur de sainct andré estant pour lors cure maistre pierre langloys nicolas rousselin nicolas saver maistre mathurin mallon tresoriers de leglise la feste de laquelle dedicace a este transferee au premier jour doctobre par levesque dyponense suffragant du dict archevesque en son pontificat celebrant la messe parrochial en ceste eglise le jour des roys 1541 suyvant lordonnance et congie du vicaire general du dict archevesque faict aulx cure tresoriers et parroissiens de ceste eglise joulte la lettre de ce faicte le dernier jour de décembre au dict an 1541.

Romain Quesnel nous apporte les précisions suivantes :

« A propos de la plaque de la tour Saint André, l’évêque de Verience dont il est question est Mgr Nicolas de Coquinvilliers, augustin, qui est décédé à Rouen en janvier 1531. Quant à l’évêque d’Hyppone, il s’agit de Mgr Jean de la Massonaye, de l’ordre des Augustins lui aussi, et décédé à Rouen en février 1553.
Je tire ces informations de l’inventaire des archives ecclésiastiques commis par Monsieur de Robillard, au XIXème siècle. »

 

 

* Peut-on enfin espérer que lors des prochaines « Journées du Patrimoine » de 2013, ce monument historique soit ouvert dans sa partie basse ?