Autrefois, lorsque les cavaliers voyageurs devaient s’arrêter pour se reposer, ils « descendaient » dans des auberges. Mais toutes ne disposaient pas de couchages, et si bon nombre de voyageurs bénéficiaient d’une nourriture bienvenue, ils devaient dormir dans l’étable avec leur monture. Certains établissements proposaient toutefois des lits et en faisaient la publicité par une pancarte explicite en forme de calembour : « Ici  au lit, on dort ».  Au fil du temps, une contraction s’est opérée laissant la place aux nombreuses enseignes « Au lion d’or  » toujours existantes.

 

Pont l’Evêque

© Daniel Caillet, 2014