Voilà qui est bien ! J’y consens ! Tant mieux ! Soit ! A votre aise ! (avec ironie).

Prise isolément (hors d’une phrase comme « vous arrivez à la bonne heure » où la notion de temps est évidente), cette expression qui apparaît au XIVe siècle sous la forme « a bonne heure » a eu, parallèlement, plusieurs significations. Avant le XVIe siècle, on l’employait plutôt logiquement pour dire « au moment propice », en opposition à « à la male heure » qui, elle, voulait dire « au mauvais moment », « mal à propos ». Du XVe à la fin du XVIIIe, elle s’employait aussi pour dire « heureusement, sous de bons auspices ».

Mais le glissement qui a conduit au sens qu’elle a conservé aujourd’hui, d’approbation ou d’assentiment (des fois de manière ironique), ne semble pas vraiment expliqué. « Si tu avais senti quelque inclination pour elle, à la bonne heure : je te l’aurais fait épouser, au lieu de moi (…) » Molière – L’avare

Merci à Expressio.fr.

 

Beffroi de la gare SNCF de Rouen.

 

« Image à la une » :  Hôpital Charles Nicolle.