A la Une

Rififi panoramique

Rouen : des erreurs historiques et des choix contestables dans le panorama Rouen 1431 «Je suis en colère. Il y a tromperie sur la marchandise. Nous ne sommes pas à Rouen à l’époque de Jeanne d’Arc. » Tellement en colère que Jacques Tanguy, historien reconnu et guide-conférencier à Rouen depuis quarante ans, ne […]

Trop, c’est trop !

Sauvetage normand

Il n’est jamais trop tard

Histoire ancienne

En bref

Comptabilité : lettre de la mairie du 2 juillet 2014 :  « … L’aide financière de la Ville de Rouen n’apparaît pas nécessaire à votre fonctionnement au regard de vos fonds propres… »

Nous avions demandé… 500 €, … de quoi obérer gravement les finances locales sans doute !

Et que penser de la carence des liquidateurs qui ont abandonné, sans justification, une somme non négligeable désormais bloquée à la Caisse des dépôts et consignations ?

 

Renaissance de l’aître Saint-Maclou ?

 

Mauvaise fois pour tenter d’expliquer un rétro pédalage.

Quand les « greeters » rouennais cessent d’être honnis (voir article du 1 er mai 2015 complété le 7 novembre 2015).

 

 

Demandez l’Express !

Le numéro spécial du 10 juin 2015 est largement consacré aux « Chefs-d’oeuvre en péril » de Rouen. En tant que rouennais amoureux de sa ville et délégué régional de l’association nationale « Urgences Patrimoine », j’ai eu l’honneur de donner mon avis sur certains sujets délicats (église Saint-Pierre du Châtel, église Saint-Nicaise, abbatiale Saint-Ouen, moulin de la Pannevert, chai à vin,…). J’ai essayé d’être objectif en souhaitant que ce dossier soit un déclencheur pour booster les actions en faveur du riche patrimoine de la ville.

Patrimoine religieux rouennais dangereux et / ou en danger. Qu’en pensez-vous ?

Désaffectation des églises Saint-Paul et Saint-Nicaise. Et après ? Des promoteurs immobiliers avides…

[Artiste, écrivain, historien, observateur curieux de la vie rouennaise, expert duchampien, trublion azimuté, Patrice Quéréel était tout cela à la fois. Il est décédé dans la nuit de vendredi à samedi 20 février 2014, à l’âge de 68 ans, des suites d’un cancer… ].

Nous regretterons notre ami Patrice, membre actif très apprécié de « P’tit Pat’ Rouennais ».

Mais où va-t-on ? Après la disparition momentanée et mal expliquée de la tête de Charles Mauras sur le monument de la Victoire de la place Carnot en février 2010, voici un autre monument emblématique de la ville qui vient d’être vandalisé. A noter que ces deux oeuvres sont signées « Maxime Real del Sarte ». Pas de conclusion hâtive, mais…

A noter que cette photo semble dérangeante pour les responsables locaux qui suppriment sans explications les partages d’informations de leurs comptes sur les réseaux sociaux.  Malheureusement, la ville de Rouen n’est pas un monde de Bisounours !

Après celle de la statue de Rollon en 2011, une autre restauration-réinstallation se précise (?) : celle du « Vert Galant » qui devrait  faire son grand retour à Rouen… place Henri IV.

Malheureusement, cette action que nous avons largement initiée (même si d’autres affirment y avoir pensé il y a fort longtemps, mais sans avoir fait quoi que ce soit de concret), a été repoussée au mieux à 2014 et ne bénéficiera pas de notre soutien financier (participation de 500 € provisionnée dans notre budget), la Ville de Rouen ayant curieusement  refusé notre offre malgré la délibération du Conseil municipal du 21 janvier 2011 : [ Sur le rapport de M. Guy PESSIOT, Adjoint,… souhait de la Ville de ROUEN de réintégrer dans son patrimoine la statue d’Henri IV… autorise Mme le Maire à… rechercher un mécène pour cette acquisition…]. Même si notre proposition de participation ne pouvait être que partielle, pourquoi l’avoir refusée avec pour conséquence l’incompréhension et le découragement de nos bénévoles ? Les Rouennais ne seront  pas dupes !

… et toujours pas de réinstallation pour les « Journées du patrimoine » 2014. Le fameux cheval blanc d’Henri IV semble bien long à la détente ! Lamentable.

Enfin du nouveau : la statue restaurée vient d’être dévoilée le 3 novembre 2014. Cela ne remet pas en cause le texte précédent.

Après avoir présidé pendant huit ans l’association « P’tit Pat’ Rouennais », j’ai rejoint le 19 octobre 2014 « Urgences Patrimoine », un groupe national de défense du patrimoine. Devenu délégué régional de cette jeune, sympathique et active association, cela permettra de sensibiliser un auditoire plus large pour mieux faire connaître et sauvegarder le patrimoine normand.

 http://urgencespatrimoine.blogspot.fr/

« Séquence nostalgie ». Quand P’tit Pat’ Rouennais participait chaque année activement aux « Journées du Patrimoine » et au « Forum des Associations » de Rouen. Histoire déjà ancienne… (onglet « Manifestations »).

Sauvegarde du patrimoine rouennais :

Un avis qui en vaut bien d’autres dans le « Liberté Dimanche » du 14 septembre 2014.

Rouen, « Ville d’art et d’histoire », ne mérite-t-elle pas mieux que l’ersatz historico-patrimonial en cours d’installation sur le quai de la rive droite ? (Voir article « reportage / mauvais point « Perspective négative pour le patrimoine rouennais »).

Malgré la disparition de P’tit Pat’ Rouennais du paysage local en date du 27 mai 2014, l’actualité patrimoniale restera disponible sur ce site Internet. Sous la houlette de Daniel Caillet, son ancien président et fondateur de l’association, il vous permettra de rester au courant et de consulter les archives conservées. Au fil du temps, il sera aménagé en conséquence et dépourvu des mentions superflues. Les nouvelles parutions portent la mention « © Daniel Caillet » suivie du millésime.

A noter qu’en février 2011 une page « Découverte du patrimoine » dans l’hebdomadaire gratuit « Côté Rouen » avait remplacé les parutions précédentes de « Paris Normandie » (textes et photos : © Daniel Caillet pour les deux journaux).

Ligne budgétaire municipale « petit patrimoine ».  Ballon d’oxygène pendant 7 ans pour les actions de sauvegarde, elle ne sera malheureusement pas renouvelée en 2015.

 

Avez-vous lu le
dernier numéro ?
A dire et à savoir #ve
La citation

 « Ce n’est pas le temps qui passe, c’est nous » (Etienne Klein, physicien).